Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
Connexion
YouTube   Facebook   twitter  
Imprimer  | 
Notre histoire

Les Repaires jeunesse du Canada font partie d’un mouvement mondial.

Les tout premiers Repaires jeunesse du Canada se sont ouverts dans les états de l’est des États-Unis à la fin des années 1860, au même moment que débutait un mouvement semblable en Grande-Bretagne. L’appellation « Boys Club » paraît pour la première fois à New Haven, au Connecticut, pour designer une salle de lecture et un café pour les jeunes de la rue.

Au Canada, le patrimoine des Clubs Garçons et Filles en tant que prestataires de services auprès des jeunes débute à Saint John, au Nouveau-Brunswick. C’est là qu’un groupe de citoyens établit en 1900 un « mouvement de parcs publics » visant à procurer un endroit sécuritaire aux enfants, et plus particulièrement aux garçons défavorisés, où aller après l’école au lieu de traîner dans les rues. Le « Every Day Club », établi à l’origine comme local d’hiver de l’Association des parcs, allait plus tard devenir l’« East End Boys’ Club », puis enfin l’« East End Boys Club of Saint John », le premier « Club pour garçons » au Canada.

La toute première mission du club était de « donner aux jeunes « la chance de participer à des activités récréatives et de voir au-delà des confins de leur situation immédiate ». Depuis lors, les « Clubs pour garçons » sont devenus des Clubs Garçons et Filles et se sont répandus partout dans le pays grâce à des initiatives communautaires semblables à celle de Saint John.

Les Clubs Garçons et Filles du Canada, l’organe national qui représentait alors 30 clubs membres, a été établi en 1929 par Vernon McAdam, le premier directeur général national, et en 1948 se voient conférer par le Parlement, à titre de « Boys’ Clubs of Canada », le statut officiel d’organisme national sans but lucratif. Le nom sera changé en 1974 pour devenir les Clubs Garçons et Filles du Canada afin de refléter le fait que les services des clubs étaient aussi accessibles à un nombre grandissant de filles qui participaient depuis des années aux programmes des clubs.

Depuis le début de leur existence il y a plus de cent ans, les Repaires jeunesse ont procuré un environnement sécuritaire et sécurisant et des programmes stimulants à près de trois millions de jeunes Canadiennes et Canadiens. Nos clubs ont aidé des jeunes de tous les âges (en partant du préscolaire jusqu’au début de l’âge adulte) à jouer, à apprendre et à développer les habiletés propres à les aider à atteindre leur plein potentiel et à devenir des adultes en santé participant activement et avec succès à la société.

De nos jours, nous avons encore grand besoin des services et des programmes éducatifs, récréatifs et formateurs qu’offrent les Repaires jeunesse dans les communautés de partout au Canada. Dans les grands centres urbains, dans les communautés rurales éloignées et dans les réserves des Premières nations, les Repaires jeunesse continuent d’aider à guider les jeunes vers une vie adulte qui soit responsable, satisfaisante et productive.

Les clubs rejoignent les jeunes, et plus particulièrement ceux des communautés défavorisées, dans des locaux aménagés expressément pour eux, dans des centres communautaires et dans des endroits non traditionnels comme des centres d’achat, des écoles, des refuges pour les sans-abri, des foyers de groupe et dans la rue. Notre organisation a la réputation de créer des programmes qui répondent aux besoins individuels des enfants de chaque communauté.

Les Repaires jeunesse font tout en leur pouvoir pour que les jeunes bénéficient de toutes les possibilités de développer leur plein potentiel. Notre objectif est de munir tous les jeunes des outils nécessaires pour relever les défis des leaders et des bâtisseurs du 21e siècle.

Une action transformatrice
Toronto,ON-National-Top-Fundraising-Team-Insomnia-Cafe.jpg
Apprenez pourquoi 69 % des anciens membres de clubs Garçons et Filles disent que leur participation aux activités des clubs « leur a sauvé la vie » ...
Plus
Suivez-nous sur YouTube Facebook twitter
Ce site est mieux expérimenté avec Internet Explorer 8.0 ou supérieur